Blogue

30 novembre 2017

Ma priorité, ma santé!

En septembre dernier, j’ai eu la chance d’assister à une conférence sur les effets du cancer sur la santé mentale.  C’est l’histoire d’une fille de 32 ans, deux enfants en bas âges qui pogne le cancer.  Imaginez-vous donc que le médecin qui avait son dossier a mis ça sur le coin de son bureau en se disant : « ça doit être une erreur, c’te fille là est en très bonne santé…fume pas, boit pas, fait de l’exercice… ».

Finalement, y’a un médecin qui allume, l’appelle et finit par lui dire qu’elle a le cancer de la thyroïde et qu’il faudrait faire vite parce que ça commence à être urgent.  Après les traitements, le cancer est revenu métastasé aux ganglions, elle s’est séparée du père de ses enfants, puis le cancer est revenu une troisième fois.  Stade quatre… pas beau à voir.  Je crois que c’est ce qu’on appelle : aucun espoir.  Son objectif était de voir graduer ses enfants, maintenant qu’ils ont gradué, son nouvel objectif est de voir ses petits-enfants.  Dire que moi je me plains quand le ménage n’est pas fait.
Je vous épargne pleins de détails parce que là où je veux en venir c’est le moment où elle parle de cette loi Canadienne, vielle de 1971, la loi sur l’assurance emploi.  La loi ne prévoit que quelques semaines de prestations pour la maladie.  Qu’est-ce qu’on fait quand la maladie se prolonge sur plusieurs années et que l’on y survit ?

Bien, cette fille-là, a décidé que la loi allait changer.  Elle a trouvé la force, malgré la maladie et les besoins de ses enfants, de trouver tous les outils nécessaires pour lancer une pétition.  Comme c’est une loi fédérale, la pétition est encore sur papier.  Seigneur!  Arrivons en l’an 2017 !!  Le papier c’est dépassé!  Bref, jusqu’à maintenant elle a plus de 600 000 signatures recueillit et 500 000 de déposées officiellement.  Parce qu’il arrive qu’on lui renvoie des feuilles, on lui refuse des signatures!  Oui, oui !!  Parce que la signature dépasse les lignes, parce que les feuilles sont recto verso ou parce que la personne a fait des petites lignes au lieu de réécrire le nom de sa ville, par exemple.

Du niaisage !!  Elle a été invitée à plusieurs émissions de télévisions, de radio, écrit des tonnes d’articles, elle a même été interviewer à Tout le monde en parle!

Aujourd’hui cette fille-là peut dire qu’elle a survécu.  Ses marqueurs de tumeurs sont indétectables et elle espère bientôt fermer cette pétition.  Et c’est là qu’elle sort son galon à mesurer et qu’elle le bloque sur 87 centimètres (l’espérance de vie moyenne de la femme au Québec) que d’un, je me tords de rire parce que la fille a de la misère avec le tape! Et que deux : je réalise vraiment l’impact de ma santé sur tout ce qui m’entoure.

Sérieux, je l’admire!  On est tous crampés devant elle, et elle, debout sur le stage avec ses talons hauts se débat avec son galon.

Cette fille-là, elle est drôle, elle est inspirante et elle croit en elle.  Elle rayonne, elle écrit à la vitesse de son ombre et elle a adopté son TDAH.  Elle oublie beaucoup de choses, elle est convaincante et passionnée.  Le plus beau là-dedans c’est qu’elle a été là pour moi quand j’en ai eu le plus besoin.  Au bon endroit, au bon moment, comme on dit.  Elle a pris le temps de m’écouter et elle ne s’est pas gênée de me brasser pour que je comprenne que je devais prendre soin de moi avant toute chose.  Cette fille-là a dix ans de plus que moi, je la connais depuis juste deux ans, mais c’est mon amie.  De la voir devant moi, faisant une présentation avec son « cliqueur » pas à elle, j’ai juste envie de me rallier à sa cause en devenant son assistante personnelle!

Durant sa conférence, elle ne le sait pas, mais j’ai pleuré, j’ai ris, j’ai été choquée et j’ai appris.  J’ai réalisé que ce que l’on peut avoir de plus précieux dans la vie, c’est la santé.  Ce que j’ai de plus précieux dans la vie, c’est ma santé.   Parce que quand on a la santé on a tout.

 

S’il-vous-plaît, signez cette foutue pétition pour qu’elle puisse se reposer un peu!

www.petitionassuranceemploi.com

 

Maryse Larochelle