Blogue

24 mars 2016

HISTOIRE DE LA PHARMACIE

L’histoire de la pharmacie débute un peu plus tard que celle de la médecine alors que les médecins de l’époque utilisaient des méthodes peu communes de nos jours pour « rétablir les humeurs » présentes dans le corps.

L’ancêtre du pharmacien, l’apothicaire est repéré dès 2600 av. J.-C. à Sumer où des textes médicaux, mêlés à des incantations religieuses, sont attestés sur deux tablettes d’argile dont les cunéiformes mentionnent des symptômes, des prescriptions et des conseils pour les combiner. La plus ancienne compilation de substances médicales est le Sushruta Samhita (en), traité indien ayurvédique écrit par le chirurgien Sushruta au VIIe siècle avant J.C.. Le Papyrus Ebers et le papyrus Edwin Smith de l’Égypte ancienne, écrits autour de 1500 av. J.-C., contiennent une collection de prescriptions et médicaments. En Grèce Antique, Dioscoride écrit son traité de materia medica vers 60 après J.-C. qui fournit une base scientifique et critique aux pharmacopoles, droguiste qui fabriquent et vendent leurs produits chimiques aux médecins (les plantes médicinales sont quant à elles préparées par des herboristes). Outre ces pharmacopoles existent de nombreux métiers parapharmaceutiques dans le monde gréco-romain : murépsoï (bouilleur de myrrhe), pèméntarioï (préparateur), rizotomoi (coupeur de racines), pigmentarius (droguiste pigmentaire), aromatarii (parfumeurs ou épiciers), etc.

En Chine ancienne, les alchimistes ont été des pionniers, ils transformaient à l’aide de dosages minutieux des poisons souvent mortels en médicaments soulageant la douleur ou sources de guérison. Shennong est réputé avoir goûté de nombreuses substances pour tester leurs vertus médicinales, à la suite de quoi il a écrit une des premières pharmacopées incluant 365 remèdes issus de minéraux, plantes, animaux.

Au cours du Moyen Âge, la profession d’apothicaire prend de l’importance, se constituant en corporations. La déclaration royale du 25 avril 1777 considère la Pharmacie comme « art précieux à l’humanité », lui donnant sa totale indépendance à la corporation des apothicaires sous la forme du « Collège de Pharmacie », futur Académie nationale de pharmacie. Au début du XXe siècle, il n’y avait qu’une douzaine de molécules chimiques avec une centaine de produits naturels alors qu’au début du XXIe siècle, nous avons plusieurs centaines de molécules chimiques et que très peu de remèdes courants de source exclusivement naturelle.

La pharmacie (du grec φάρμακον/pharmakôn signifiant à la fois le remède et le poison) est la science s’intéressant à la conception, au mode d’action, à la préparation et à la dispensation des médicaments. Cette dispensation prend en compte les interactions médicamenteuses possibles entre les molécules chimiques ou bien encore, les interactions avec des produits comestibles. Elle permet également la vérification des doses et/ou d’éventuelles contre-indications. C’est à la fois une branche de la biologie, de la chimie et de la médecine.

Le terme pharmacie désigne également une officine, soit un lieu destiné à l’entreposage et à la dispensation de médicaments. Ce lieu est sous la responsabilité d’un pharmacien qui peut y fabriquer des préparations magistrales ordonnées par un médecin pour un patient donné et superviser le travail des préparateurs en pharmacie en France ou des Assistants techniques en pharmacie au Canada. La dispensation des médicaments dans une officine de pharmacie se fait sous l’entière responsabilité du pharmacien, que ce soient des médicaments délivrés sur prescription médicale ou non.

Au sein de l’officine, le pharmacien peut également faire le suivi de la médication du patient, substituer un princeps par un générique, adapter les posologies, renouveler les traitements des pathologies chroniques et proposer des modifications de thérapeutique en accord avec le médecin. Un dialogue entre ces deux professionnels de santé est essentiel à la santé publique.

Ancienne_Pharmacie_avec_symboles_sur_la_murPharmacieHôpitalStrasbourgApotecaria-rafax